• Alfredo, le rocker du Corcovado...

         Avez-vous déjà écouté "Stairway to heaven" de Led Zeppelin en plein coeur de la jungle ? ...eh bien, moi, oui ! 

        Nous sommes assis par terre, en tailleur ; le plancher de la pièce est recouvert de tapis ; ses murs et son plafond disparaissent sous de grandes photos des groupes de rock des années 70 : Deep Purple, Led Zeppelin et autres Scorpions. Dans un angle, un Boudha inattendu pose son regard bienveillant sur les visiteurs. Il se dégage du lieu une impression quasi mystique : sa religion en est la musique. Placé au coeur de la maison, ce salon de musique devient le choeur de cette église sauvage. Pour l'heure, s'en élèvent les notes que laisse échapper le guitariste, juste soulignées par un trait de flûte : divin !... 

          Cinq ans. Cinq ans que je rêvais de découvrir la Péninsule d'Osa, le coin le plus reculé du Costa Rica, son ultime frontière, avec son cortège de mystère, de fantasmes et d'histoires invérifiables : elle est le dernier refuge du jaguar et... des chercheurs d'or, ni plus ni moins. 

           L'occasion s'est présentée quand nous avons rencontré Juan, un grand gaillard péruvien. Agronome de formation, il aidait les paysans sans terres à faire valoir leurs droits : les mafias locales l'ont obligé à fuir pour sauver sa peau. Une fois en sécurité au Costa Rica, il conseilla pendant dix ans les paysans d'Osa : c'est ainsi qu'il rencontra Alfredo, un Tico installé là depuis les années 80. 

            A cette époque, aucune route asphaltée ne traversait encore la péninsule, seulement quelques pistes en terre transformées en bourbiers à la première pluie. Ceux qui s'y risquaient étaient aventuriers, brigands, chercheurs d'or ou déshérités de tous poils. Le gouvernement décida donc d'attribuer des concessions à tous ceux qui, assez fous, se présenteraient pour habiter les lieux : le droit leur était donné de défricher quelques hectares pour y pratiquer des cultures vivrières en échange de l'obligation de veiller à la protection de 40 ha de forêt autour. 

    Alfredo devant l'entrée de sa propriété.

    Alfredo devant l'entrée de sa propriété "PARAISO VERDE". 

          Cet "arrangement" permit de créer tout autour du Parc Corcovado proprement dit comme une sorte de cordon sanitaire : un espace "tampon" entre les zones habitées (devenues très touristiques aujourd'hui) et celles qui se devaient de rester sauvages pour protéger tapirs de Baird, pécaris, ocelots, et j'en passe...  

    Carril de séparation entre le Corcovado et la propriété d'Alfredo.

    A gauche, le Parc National Corcovado

    à droite la propriété d'Alfredo. 

        Alfredo n'a pas toujours vécu dans la jungle ; durant sa jeunesse, il fut même batteur dans un groupe de rock. Mais, du plus loin dont il se souvient, il a toujours été attiré par la vie mystérieuse de la forêt. Il n'a réalisé son rêve qu'après avoir brûlé ses vingt ans par tous les bouts. 

            Aujourd'hui, il nous attend au poste des gardes forestiers de Los Planes : on est venus de Bahia Drake dans le Galloper de Bolivar qui garde un calme olympien au milieu des ornières de la piste.  Alfredo transfère rapidement dans son sac à dos les victuailles que Bolivar a achetées pour lui "en ville" et on se met en route.

    On a parfois besoin de la machette pour passer...

          Le sentier que nous empruntons c'est lui qui l'a tracé dans la forêt à coups de machette : un mètre de large tout au plus, des parties en "escaliers", coupé par deux rios à traverser ; nous mettrons deux heures pour faire les quatre kms qui nous séparent de sa maison.

    Pour aller chez Alfredo, une des rivières à traverser.

         Il faut préciser aussi que notre guide s'arrête fréquemment pour nous détailler les différents usages des plantes rencontrées, nous alerter sur la nécessité d'enjamber la colonne de fourmis qui, imperturbablement, traverse notre sentier ou attirer notre attention sur la signification des grognements perçus au loin : des singes hurleurs mâles désireux de montrer leur niveau de testostérone à leur bimbo locale... 

    La maison d'Alfredo, perdue dans la forêt.

           La maison, en bois bien sûr, est posée à mi-pente au milieu d'une clairière de deux hectares qu'Alfredo a conquis sur la forêt. La partie centrale est occupée par la cuisine, la salle de bain et le salon de musique ; le balcon qui en fait le tour sert aussi de salle à manger, en compagnie des colibris. Une rivière coule sur deux côtés de la parcelle. 

    Que peut-on faire, loin de tout,

    à PARAISO VERDE ? 

     

    Prêts pour l'aventure ?

         Explorer la forêt, c'est sûr. Mais avant de s'engager sur les sentiers, il vaut mieux s'équiper en conséquence. Les chaussures ? je pensais que de bons gros godillots montants suffiraient : au premier passage de rivière, j'ai commencé à avoir des doutes ; et le jour où on a vu se faufiler dans les herbes un boa d'un mètre cinquante, j'ai convenu définitivement que les bottes recommandées par Alfredo étaient mieux adaptées... Le bâton ? quasi indispensable : sans négliger son utilisation possible en cas de mauvaise rencontre animale, il faut bien dire que son appui sera surtout le bienvenu quand il faudra franchir les accidents du terrain ou éviter les glissades surprises. La bouteille d'eau ? on n'a pas toujours conscience des efforts demandés par une marche dans un environnement chaud et humide ; j'ajouterais que, parfois, une boucle prévue pour durer une heure peut se révéler longue "comme un jour sans... eau" ! 

    Alfredo, le rocker du Corcovado...

          Manger ? vous vous en doutez bien, on ne vient pas ici pour goûter à la cuisine la plus raffinée du Costa Rica... Il n'empêche qu'Alfredo s'y entend pour concocter des plats qui "tiennent au corps" en privilégiant les fruits et légumes produits sur place, aromatisés avec les herbes qu'il trouve dans son environnement. Précision intéressante : étant donné qu'Alfredo est obligé d'apporter à dos d'homme tout ce qu'il ne produit pas, si vous-même apportez une partie de ce que vous allez manger, vous aurez droit à une réduction sur votre hébergement. 

    Dans le jardin d'Alfredo.

            Visiter les deux hectares du jardin :

         Après avoir cultivé du riz, du maïs et des pois chiches pour assurer sa subsistance, Alfredo a décidé, depuis une bonne dizaine d'années maintenant, de passer à autre chose. Il s'est mis en tête d'implanter sur ses deux hectares de forêt défrichée un exemplaire au moins des arbres fruitiers poussant sur la ceinture tropicale du globe terrestre... Par chance, il a découvert près de San Jose un pépiniériste qui a eu l'idée d'importer ce type d'arbre. Aussi, chaque fois qu'il vient voir son frangin dans la capitale costaricaine, il repart avec quelques arbustes nouveaux ; et de nous raconter les inévitables marchandages avec les chauffeurs de bus pour faire voyager ses encombrants compagnons ! Il a ainsi rapporté dans ses bagages des citronniers et des orangers (jusque là rien de très original) mais aussi des plantes aromatiques ou ornementales, des pamplemoussiers, des arbres à pain (?), des cas, des guavas, des guanabanas, des pejibayes... dont la provenance résonne comme autant d'invitations au voyage : Brésil, Madagascar, Inde, Chine, Indonésie, Philippines... 

    Le jacuzzi naturel d'Alfredo.

           Se baigner dans un jacuzzi naturel :

         Au fond de la propriété d'Alfredo coule une rivière. Sur son parcours, celle-ci rencontre avec force des roches volcaniques qu'elle a creusées au cours des siècles. Ainsi sont apparues plusieurs "baignoires" où l'eau tourbillonne. La vitesse du courant fait que l'eau y est "fraîche" et on hésite un peu avant de s'y plonger... Le premier moment de surprise passé, le plaisir procuré par l'eau qui vous masse est délicieux. Et rien de tel pour vous revigorer en fin de journée après avoir longtemps marché  en forêt ! 

        Bavarder  : sans doute parce qu'il reste parfois des jours sans voir personne, Alfredo adore parler, de tout et de rien. On a ainsi passé des heures pour comprendre ce qui le faisait "tenir" ici depuis trente ans, car enfin venir faire un petit tour dans la forêt puis repartir vers son confort c'est à la portée de tout un chacun, mais y demeurer jour après jour, qu'il pleuve des trombes d'eau parfois, qu'il faille apporter à dos d'homme la moindre bricole nécessaire pour vivre, que la conscience des risques soit intégrée à chaque acte de la vie, ça c'est une autre paire de manche !... Alfredo explique alors tranquillement que nous avons tous un rôle à jouer sur Terre et que le sien est de protéger ce coin de forêt ; il est conforté dans cette idée par le fait que rien de grave ne lui soit arrivé, qu'il a toujours su réagir à temps pour redresser une situation périlleuse : il est donc fait pour le rôle ! 

         Je crois qu'il aime par dessus tout que le jour qui vient soit différent de la veille. Jusqu'à dix heures, il ne prend aucune décision ; il est disponible : si les gardes forestiers de la station Los Planes l'appellent sur sa radio pour lui annoncer que des gens souhaitent venir passer quelques jours chez lui, il se met en route sans tarder pour aller les accueillir ; sinon, il reste pour soigner ses arbres fruitiers, réparer son toit ou... écouter de la musique. 

          Quand, naïvement, je lui ai proposé de faire plus connaître son projet de vie tant il me paraît original, il a souri et m'a sorti ses Livres d'or où on peut constater que, depuis vingt ans, on vient lui rendre visite depuis tout le continent américain, bien sûr, mais aussi d'Europe, d'Israël, de Russie, de Chine... et cela uniquement par le "bouche-à-oreille". Il ne veut en aucun cas voir débarquer dans son petit paradis des ribambelles de touristes qui viendraient ici comme on va à la fabrique de souvenirs. Il souhaite que chaque visiteur ait préparé son séjour chez lui, se soit posé des questions sur ce qu'il allait y faire et, accessoirement, qu'il ait sué sur le sentier ! 

     

    POUR LE LIVRE D'OR D'ALFREDO

    Un rockero viviendo en la jungla ?

    es posible ! 

    Un sembrador de ideas nuevas de 58 anos ? 

    claro que si ! 

    Un hombre que tiene sus dos piés en la tierra de su finca forestal y la cabeza en las estrellas ? 

    sé donde hay uno ! 

    Un sabio con 30 anos de experiencia trabajando con la energia de sus 20 ?

    lo encontré !

    Vive en su PARAISO VERDE.

    Que suerte tengo de conocerle !  

     

    INFOS PRATIQUES : 

       Vous l'aurez compris, Alfredo ne veut pas qu'on divulgue son numéro de portable (si, si, il en a réellement un ! mais qui n'accroche une antenne que  lorsqu'il sort de ses 45 ha de forêt...). Si vous souhaitez lui rendre visite, faites-le moi savoir par le formulaire de contact du blog en précisant la date, la durée du séjour sur place, le nombre de personnes ; ajoutez-y quelques mots sur vous-mêmes et les raisons qui vous donnent envie d'y aller (ce n'est pas une lettre de motivation, mais presque...). Je le contacterai alors pour savoir ses disponibilités. 

         Au départ de San Jose : 

    Bus TRACOPA (site web : www.tracopacr.com), Tél. 2221-4214, Calle 5, entre les Avenidas 18 et 20. Prix du billet : 6 000 colones. Départ à 5h du matin, arrivée à Palmar Norte à 11h30. 

    Taxi colectivo pour rejoindre Sierpe : le prendre devant la Villa Chica, 2 500 colones par personne, 30 mn. 

    Bateau à Sierpe pour Bahia Drake : sur le quai, demander Elijio ou Rafa ; 7 500 colones, 1h30 de trajet. Il n'y a pas de quai à Bahia Drake : se mettre en short ou remonter son pantalon car on débarque à quelques mètres de la plage. 

    Alfredo, le rocker du Corcovado...

    Chercher, devant la pulperia, le Galloper bleu nuit de Bolivar, petit homme sympathique, pour aller jusqu'à la station des gardes forestiers de Los Planes : 12 000 colones pour deux, 1/2h de piste. 

    Alfredo vient accueillir ses visiteurs à la station. 

    Coût du séjour (Tout inclus : accompagnement aller/retour, hébergement en tente 2 personnes avec moustiquaire sur plate-forme bois, nourriture, guidage à volonté, conversation espagnol/anglais) : 20 à 25 000 colones par personne et par jour ; en fait, cela dépend de la quantité de victuailles que l'on peut apporter avec soi ; à négocier à l'avance avec Alfredo.  

    « Parc du Corcovado : Guides non francophones.Flemme á Samara ; mangrove à Puerto Humo. »

  • Commentaires

    1
    BOITEUX
    Mardi 14 Juillet 2015 à 17:26

    Bonjour,

    Mille merci pour cet article passionant qui, vous vous en doutez, donne très envie.

    Mon ami et moi nous rendons au Costa Rica dans deux semaines et nous nous rendrons dans le région  du Parc Corcovado autour du 5 ou 6 aout et nous aurions beaucoup aimé rencontré Alfredo.

     

    Pensez-vous pouvoir nous mettre en contact avec lui?

     

    Bien à vous,


    Sarah

    2
    lajtdubokl
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 21:57

    Bonjour, Sarah 


          Bien sûr que je peux vous mettre en contact avec Alfredo ; le problème va être que le temps qu'il vous reste avant de partir au CR est court... Alfredo aime bien échanger au téléphone ou par mail pour voir à qui il a affaire : ce n'est pas de la méfiance ; il veut juste s'assurer  que son projet de vie peut intéresser les gens qui le contactent ; je dirais que c'est plutôt une forme d'humilité. 


            Pouvez-vous me communiquer votre adresse mail pour que je puisse vous envoyer plus discrètement un n° de téléphone et une adresse mail qui vous permettront de le contacter ? 


             De mon côté, je le fais avertir que deux Français souhaitent lui rendre visite le 5 ou le 6 Août prochain. 


             A bientôt. 

    3
    Franck
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 09:19

    Bonjour,

    Votre blog est tres interessant.

    Nous partons avec deux amies debut mars au Costa Rica et nous sommes en train de regarder pour trouver un guide pour le Corcovado.. Serait-il possible de me mettre en relation avec Alfredo?

     

    Merci pour votre reponse et meilleurs voeux :)

     

    Franck

     

      • Mercredi 3 Février 2016 à 16:45

        Bonjour, Franck

           Merci pour votre message sympa.

        La communication avec Alfredo, vu l'endroit oú il habite, n'est pas des plus rapides : le premier relais pour mobile est á 6 kms de chez lui (au poste des gardes forestiers de Los Planes) ; généralement, une fois par semaine, il y vient et appelle son frére qui vit á San Jose pour savoir les nouvelles. Je vais donc informer son frére que vous souhaitez aller au Corcovado. Il faudrait qu'on sache rapidement les dates de séjour prévues pour retenir les places (si je comprends bien votre message, vous étes 4 ?).

            Précisions : Alfredo n'est pas á proprement parler un guide : il n'a pas les certifications demandées par l'ICT pour exercer ce métier ; mais il vit dans la zone depuis 1985 et la connait comme sa poche. Enfin, sa propriété étant contigúe au Parc National, il faut marcher quelques kms avant de pénétrer dans le Corcovado méme.

              Pouvez-vous me donner votre adresse mail pour que je puisse vous écrire directement ? Merci. A bientót.  

         

      • Franck
        Lundi 8 Février 2016 à 00:03
        Bonjour,

        Oui merci beaucoup! Mon mail est francklesueur@hotmail.fr

        Pour info, je serai su Costa Rica du 26 février au 13 mars et nous serons trois.

        A bientôt.
        Franck
    4
    Mercredi 3 Février 2016 à 18:14

    correction du mail qui était faux.

    Bonjour,

     

    Nous serions aussi heureux de visiter cette région du Corcovado avec votre ami rocker.

    Nous serons dans la région vers mi juillet et nous pourrions nous rendre à Drake ou nous avons déjà été en 2014.

    Alain et Evelyne Basset

      • lajtdubokl
        Dimanche 7 Février 2016 à 19:58

        Bonjour, Evelyne et Alain

             Je ne trouve pas votre adresse mail dans les deux messages que vous m'avez envoyés... En cliquant sur le titre de votre message, on obtient un site web : n'ai-je pas suffisamment cherché ?

              D'autre part, voulez-vous que j'avertisse Alfredo de votre venue ? pour quelles dates ?

               Cordialement.

    5
    Patrick
    Mardi 10 Mai 2016 à 14:56

    Bonjour

    Ma compagne et moi même nous rendont au Costa Rica en juillet prochain, avec l'intention de découvrir la merveilleuse nature de ce beau pays, mais aussi de toucher du doigt la vrai vie des vrais Ticos. Le Corcovado me semble incournable...et en cherchant la meilleure façon de le découvrir, je suis tombé sur votre blog (merci de partager tous ces beaux témoignages) et l'article sur Alfredo...

    J'avoue que je sens beaucoup d'affinités avec cet homme : musique (moi même musicien ), amour pour les plantes (j'ai planté sur 3 ha, une bonne partie des arbres et arbustres que l'on trouve en France) etc...et ai vraiment l'envie que ce soit lui qui me (nous) fasse découvrir cet univers paradisiaque qui est en même temps le coeur du Costa Rica...

    Merci de nous dire si cela est réalisable ou non.

    Patrick

     

      • Mercredi 11 Mai 2016 à 16:23

        Bonjour, Patrick 

              C'est avec plaisir que je vous mettrai en contact avec Alfredo. Actuellement, je ne suis plus au CR mais ma compagne, si. 

                Pour cela, il nous faudrait savoir quand vous pensez arriver à Osa, combien de jours vous voulez rester chez Alfredo et combien de personnes vous êtes. Ensuite, Mayela le contactera pour savoir s'il a de la place ou s'il faut modifier les dates. 

                    Si cela ne vous dérange pas, pouvez-vous me donner votre adresse mail pour qu'on puisse communiquer sans passer par le blog ? 

                     Au plaisir de vous lire.

                   Pierre 

    6
    Patrick
    Mardi 17 Mai 2016 à 22:38

    Bonsoir Pierre

    j'ai déjà renseignée mon adresse mail dans les cases du blog au dessus des commentaires ... je préfère, si possible, ne pas l'écrire dans le corps du message...ou alors écrivez moi un message sur ma page : www.facebook.com/wala.Yhi...on pourra alors parler des détails, mais je vous redis : 2 personnes, début juillet (autour du 6 ou du7) et peut etre pour 2,3 jours...

    merci

    cordialement

    Patrick

    7
    Patrick
    Mardi 17 Mai 2016 à 22:39
    8
    françois-charle
    Vendredi 22 Juillet 2016 à 02:59

    bonjour, merci pour cette description intéressante de la vie d'Alfredo. j'avais entendu parler de lui sur des sites anglophones et par cet entretient vidéo traduit : http://www.allreadable.com/4b08AR0B

    je suis allé le rencontrer le moi dernier. son accueil est vraiment très chaleureux. j'y étais avec mon neveu et il a été aux petits soins avec nous.

    suite a nos discussions, je lui ai promis de lui envoyer des photos d'une exposition sur pompéi qui est venu a montréal cet hiver. il m'a donné le courriel de son frère mais je l'ai égaré. pourriez vous me l'envoyer ?

    merci beaucoup

    François-Charles

    9
    lajtdubokl
    Vendredi 22 Juillet 2016 à 09:22

    Bonjour, François-Charle 

           Merci pour votre commentaire sympa sur l'ami Alfredo : il le mérite amplement ! 

           C'est avec plaisir que je vous transmets le mail de son frère ; cela vous permettra de le recontacter et de poursuivre l'amitié que vous avez commencée. 

      Mail de Mario VARGAS, frère d'Alfredo :    m.vargasm@ice.co.cr  

            Cordialement.

    Pierre

      • françois-charles
        Lundi 25 Juillet 2016 à 07:29

        merci Pierre

        je lui ai envoyé les photos.

        bonne continuation

        François-Charles

    10
    Vendredi 23 Septembre 2016 à 23:02

    bonjour,

    voilà bien le guide que je souhaiterais rencontrer pour me faire connaître la forêt, je serai au CR en janvier et ne me sens pas de prendre un guide "officiel", mais bien de rencontrer Alfredo pour enfin aller vers la forêt tropicale, moi qui vit avec mes brebis dans la garrigue sèche et sans arbres,

    je prépare aussi un voyage en Indonésie pour écrire sur les orangs outans, et le CR est pour moi un premier moyen, "en douceur" d'entrer en contact avec les tropiques,

    pouvez-vous me mettre en contact avec lui ? pour 4 ou 5 jours, cela sera t'il possible ? je serai au CR du 3 au 21 janvier et n'ai encore rien d'arrêté,

    merci et bravo pour votre blog qui résonne de votre passion pour ce pays et ses habitants

     

    florence la bergère

     

     

      • lajtdubokl
        Lundi 26 Septembre 2016 à 17:40

        Bonjour, Florence 

            Je viens de vous répondre par l'intermédiaire de l'adresse mail mise sur votre blog. 

                 A cette occasion, j'ai découvert une façon sympathique d'élever des moutons, loin de la production industrielle ! Dommage que vous soyez un peu loin pour aller me fournir en gigots... 

              Bonne préparation de voyage.

              Pierre

    11
    Laurane
    Vendredi 21 Juillet à 03:25

    Bonjour à vous,

    Je suis très intéressée par un séjour chez votre ami Alfredo pour découvrir la forêt tropicale du Corcovado!

    Je travaille actuellement dans une réserve privée de la région du Guanacaste pour 6mois et j'ai 5 jours libre du 1 au 5 août donc j'aurai aimé en profiter pour observer la faune sauvage du parc. Je ne connais pas encore le trajet le plus simple pour y arriver alors je ne sais pas exactement combien de jours je pourrai y rester. je pense 3j si je fais le trajet en bus... Je suis une grande passionnée de forêt tropicale, j'y ai déjà travaillé pendant 1 an avec des communautés locales en Amazonie colombienne dont 6mois vécue dans un village au milieu de la forêt... Une expérience entre mythes et réalité :) Toutefois je suis toujours à la recherche du "tigre mariposa", notre ami le jaguar! 

    Je serais ravie d'echanger plus longuement par mail

    Pura Vida 

      • Lajtdubokl
        Vendredi 21 Juillet à 09:40

        Bonjour, Laurane 

            Enchanté que vous vouliez rendre visite à notre ami Alfredo ! le séjour dans sa finca est très dépaysant et relaxant mais je n'y ai pas vu de jaguar... d'ailleurs, Alfredo est plutôt un paysan-botaniste qu'un guide : il a reconstitué un jardin des différents arbres fruitiers de la ceinture tropicale à nul autre pareil. 

               Depuis Nicoya, par exemple, vous avez besoin d'un jour de voyage ; voilà ce que cela donne avec www.horariodebuses.com :

        - Nicoya (7h35) > Dominical (21h45) : 4 bus. Puis Dominical (4h45) > Sierpe (7h40) : 1 bus. 

        - 2è solution : Nicoya (16h20) > Puntarenas (18h50) puis Puntarenas (5h) > Sierpe (17h40) : 5 bus aussi ! 

        Ce n'est donc pas un voyage facile... Concrètement, cela se traduirait pour vous par le planning suivant : 

        - 1er Août : voyage jusqu'à Sierpe (avec départ le 31-07 à 16h20 ou le 1-08 à 7h35). 

        - 2 Août en fin de matinée : rencontre avec Alfredo. Séjour 3 et 4. 

        - Retour à partir du 4 en milieu d'après-midi ou du 5 très tôt le matin. 

                Dites-moi ce que vous en pensez pour que je puisse contacter rapidement Alfredo par l'intermédiaire de son frère (qui vit à San Jose) pour savoir s'il a de la place. 

             A bientôt ! Abrazo. 

         

    12
    Laurane
    Mardi 25 Juillet à 03:01
    Laurane

    Désolé pour cette réponse tardive, j'ai écrit un mail hier que j'ai apparemment oublié d'envoyer! Oui je sais pour les jaguars, ça repose plutôt sur le qui ne tente rien n'a rien :) ! Effectivement c'est un long voyage, je pense que je vais le décaler au mois prochain où j'aurai 1j de plus de libre... Ce qui me permettra d'avoir également une meilleure organisation! Je pourrai partir à partir du 6 Septembre matin ou 5 au soir et je devrai rentrer le 11... Serait-il possible de lui demander ses disponibilités sur ces dates là s'il vous plait ?  

    Merci beaucoup pour toutes les informations que vous m'avez donné! Je vous en suis très reconnaissante! 

     

    13
    Farid & Justina
    Samedi 29 Juillet à 23:01
    Bonjour,
    Votre sejour semble très passionant chez Mr Alfredo. Nous aimerions nous rendre moi et une amie au parc national du corcovado en décembre prochain pour 4jours et 3nuits, et comme vous l'aurez sans doute compris, on ne veux vraiment pas faire le parcourt touristique classique qu'offrent certaines companies locales. On est tous deux des amoureux de la nature et de randonnées, et se rendre au petit paradis de Mr Alfredo nous interresse au plus au point pour cette partie de notre voyage. J'ai longuement lu sur cet être formidable, botaniste et fan de rock'n'roll qu'il me semble déjà le connaitre.
    j'ai pu lire aussi sur un site anglais qu'il suffirait tout simplement de se rendre à Los Planes ou les rangers de la station peuvent entrer en contact avec lui via radio afin de béneficier de son hospitalité, ce à quoi on reste réticent en vue des imprévues qui puissent y avoir.
    Donc c'est avec un grand plaisir que je vous écrit pour pouvoir dans la limite du possible assurez notre petit sejour. Les dates de notre arrivée au parc vont dépendre de la faisabilité de la chose, tout en étant flexible sur toute la durée du mois de décembre avec une legère préférence pour le début de ce dernier,
    Je vous en serais très reconnaissant par la meme occasion.
    Merci de partagez avec nous les récits ce petit paradis caché, dans l'espoir qu'il fera encore le bonheur de ceux qui le méritent.
    Bien à vous.
    Farid & Justina
      • lajtdubokl
        Dimanche 30 Juillet à 16:23

        Bonjour, Justina et Farid 

              C'est tout à fait exact qu'avant on pouvait contacter Alfredo par l'intermédiaire de la radio des gardes forestiers du poste Los Planes ; mais le problème est que le SINAC (l'organisme qui gère le PN Corcovado) a fermé ce poste forestier, il n'y a plus personne aux Planes ! 

            Pour que je puisse vous organiser un séjour chez Alfredo, il faudrait que je sache la date à laquelle il va commencer (pour qu'il puisse venir vous chercher à une heure précise que nous fixerons plus tard ensemble) et combien de nuits vous souhaitez passer chez lui ; il est souhaitable aussi de lui écrire un petit message précisant ce que vous aimeriez faire chez lui. 

               Si cela peut vous faciliter les choses, il n'y a pas urgence à me donner ces infos pour un séjour en Décembre ; affinez votre préparation puis recontactez-moi. 

                  Bon courage ! 

      • Farid & Justina
        Dimanche 30 Juillet à 20:19
        Bonjour,
        Je vous remercie amplement pour votre retour aussi rapide. Effectivement nous souhaiterions nous rendre chez Alfredo en décembre et ce pour un séjour de 3 nuits max si c'est possible, car entre le jour de départ et celui d'arrivée deux jours seront suffisant pour assouvir notre 'jungle desire'. À ce propos, les activités que nous souhaiterions faire seront sans doute en liaison avec la découverte de la faune et la flore de cet endroit à la résonnance presque magique, Sans oublier la rencontre humaine et spirituelle avec Alfredo.
        Je serais ravi de vous détailler tout ça dans un e-mail en bonne et due forme et je me ferais également un grand plaisir d'apporter quelques plantes nord africaines avec moi pour agrandir un petit peu sa collection si celles ci s'adpatent au climat locale.
        Merci encore pour votre dévouement. Je vous enverrai les dates de notre arrivée dès qu'elles seront définies.
        Bien à vous.
        Farid & Justina.
    14
    Claire
    Hier à 22:14

    Bonjour, 

    Quel magnifique blog et très utile pour les pauvres français qui ne parlent pas espagnol ! Nous venons au Costa Rica en février 2018. Logés à Bahia drake, nous souhaiterions visiter le Corcovado et pourquoi pas passer une nuit dans le parc. Quelques questions se posent et je me permets de vous demander des précisions  :

    - Sommes nous obligés d'avoir un guide pour rentrer dans le Corcovado ?

    - Pouvons nous réserver notre entrée dans le parc et éventuellement un guide depuis la France, par internet ?

    -  Conseillez-vous de passer une nuit dans la parc ou une excursion d'une journée depuis Bahia Drake vous semble suffisante ? 

    - Conseillez-vous un guide francophone en particulier ?

     

    Merci pour votre réponse et votre joli blog.

     

    Claire

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :